22 août 2016

 

Brigitte Bardot à la Une !

 

 

S'il est vrai que le statut de « star internationale » de Madame Bardot ayant fait à l'époque rentrer des fonds considérables pour les caisses de notre nation lui confère un certain droit de parole et d'écoute médiatique, nous nous devons de lui rappeler que chaque membre de notre communauté humaine nationale a le devoir impératif y compris au plus haut sommet de l'État de respecter les lois et les décisions de nos tribunaux nationaux sans en dénaturer les fondements.

 

Je rappelle ici les principaux points de la controverse suscitée par sa position de soutien à une demande de grâce présidentielle dans la triste affaire « Sauvage » mettant en cause les fondements mêmes de la loi d'abolition de la peine de mort la concernant.

 

Notre pays se glorifie d'avoir lutté pendant de nombreuses années pour obtenir sous le mandat Mitterrandien « l'abolition de la peine de mort ».

 

Si je ne m'abuse l'assassinat est bien une irrévocable décision personnelle et singulière de peine de mort. Encore moins qu'un tribunal, une personne quelle qu'elle soit, et qui a eu 47 ans pour réfléchir, réagir ou résoudre un conflit qui l’opposait à son mari, avec les nombreuses aides et mesures mis en place pour aider les victimes de violences ou tout simplement par un divorce, ne peut s'arroger seule le droit exorbitant de tuer son prochain. S'il s’avérait que les intérêts financiers serait aussi à l'origine du crime sa culpabilité n'en serait qu'aggravée.

 

Ce que reproche essentiellement le tribunal a madame « Sauvage » dans son opposition de réduction de peine, c'est son refus de prise de conscience de la gravité de son acte et un quelconque repentir ce qui reviendrait à légaliser le pouvoir exorbitant de la suppression d'un être humain à n'importe quelle citoyenne lambda, interdit unanimement par notre communauté nationale dans ses instances juridiques les plus Hautes et la loi d'abolition de la peine de mort.

 

Allez au fond de ce débat et à mon sens une impérative nécessité dans le contexte actuel qui par quelques aspects importants rejoint les possibles mobiles des attentats terroristes qui plombent sérieusement le contexte humain et économique de notre pays. Ainsi et c'est bien confirmé par la chute brutale de l'attrait touristique de la France sous la menace permanente, ce laxisme coupable face a un assassinat prémédité et justement sanctionné, renforcerait cet atteinte à la France.

 

Si on prend comme point de départ de ce débat incontournable, l'essentiel des arguments en résumés dans les trois articles que j'ai publiés « sur mon site », les 1317 et 19 août 2016.


Je suis prêt à jouer le rôle « du rigoriste pragmatique » pour faire avancer notre réflexion et tout particulièrement celle d'un féminisme quelque peu échevelé et irréfléchie.

 

Docteur Jean GILLARD

 

Ajouter un commentaire