06 - 07 août 2016

 

L'invisible qui s'affiche

 

 

En ce dimanche 7 août se tenait à Nice au square Albert 1er à midi, une énième réunion de souvenirs, de condoléances et de rassemblements des victimes encore vivantes de ce massacre emblématique du 14 juillet sur la promenade des Anglais à Nice.

 

La douleur, cela ne se touche pas, cela ne se voit pas, mais pourtant cela s'exprime dans les maladies, les catastrophes nucléaires et les attentats contre les civils. Mais aujourd'hui cette douleur invisible était bien là, présente, faite de peur, d'amour déchiré, de familles disséminées avec une population solidaire dans le drame, qui tente de ne pas oublier.

 

Et pourtant petit à petit, cette douleur va s'estomper, s'user à l'usage du temps et si l'on y prend garde dans quelques mois, ce sera comme un décès familial dont on a fait son deuil.

 

On a le droit est même le devoir vis-à-vis des enfants, des parents, des victimes, des traumatismes de tout un pays face à cette hyper violence meurtrière d'essayer d'approfondir, de fouiller la réalité à la recherche d'une vérité qui on le sens bien se cache encore derrière les chants, les doléances, les fanfares et les discours officiels.

 

C'est indubitablement la lecture d'intellectuels, de littéraires, de scientifiques, psychologues, religieux et autres philosophes qui devraient si nous ne manquons pas de patience et de ténacité, finir par nous faire découvrir le pourquoi ? Qui se pose et s'impose dans la conscience de chacun de nous. Nous poursuivons le débat sur 5 thèmes majeurs de l'invisible que nous côtoyons sans en avoir véritablement conscience tous les jours et dans chacune de nos démarches habituelles.

 

L'invisible, c'est d'abord la VIE et la mort qui lui est liée, que l'on ne touche pas, qui ne se mesure pas ou ni ne se pèse et qui brutalement est débusquée pour nous montrer sa puissance de ravage et de douleur. Là ce 14 juillet, nous l'avons vu de face sous forme d'une masse métallique, d'une écrasante puissance de morts soumis docilement à la volonté destructrice d'un homme. C'est aussi la mort de tous ces enfants écrasés et celle du fou délirant, impalpable et brutal dont une autre mort a pu y mettre fin.

 

Pour lui faire face, il y a la vie, notre vie aussi impalpable et qui ne se laisse apercevoir que dans ses phases exceptionnelles de vie, il faut des événements comme celui-là pour nous faire prendre conscience de sa valeur pour nous, pour ceux qui nous entourent et notre Nation par sa brutale interruption.

 

En peu de mots, la vie est bien invisible, impalpable, infinie dans sa présence et pourtant impalpable dans son quotidien. Ce qui ne nous empêche pas sans la voir d'y croire passionnément et particulièrement dans ces situations exceptionnelles.

 

La deuxième valeur majeur de notre existence est bien l'amour, lui aussi impalpable, invisible, intouchable est pourtant ce 14 juillet, il a éclaté en cris et bouquets de souffrance, d'effrois, de douleur devant la perte et là torture d'un être chers déclenchant devant l'atrocité, un spectacle d'horreur. Pourtant afin d'arrêter ce massacre de l'amour, c'est l'amour solidaire en l'humanité de trois jeunes hommes, prêt à donner leur vie pour sauver l'amour des autres et c'est un réconfort face à la barbarie sauvage qui renforce notre foi en l'amour invisible et impalpable mais bien présent ce jour-là de quelques hommes pour l'humanité. Il faut espérer que les honneurs les plus grands et les récompenses les plus significatives leur seront réservées dans les mois qui viennent justement pour ne pas oublier, le courage et la Foi, deux autres « Invisible ».

 

Troisième valeur aussi qui ne se vend pas, ne s'achète pas, ne se voit pas, mais reste toujours présente en particulier dans ces moments difficiles le pardon et la miséricorde des victimes innocentes et du meurtrier qui soulève la question incontournable du pourquoi et du comment ??

 

Se pose alors à cette phase de notre réflexion, l’incontournable question de la vérité dans la Vie, dans l'Amour, dans la Charité pour cette valeur aussi qui ne se voit pas spontanément, mais que l'on aimerait bien « toucher du doigt », c'est vraiment la clé de toute compréhension et de tous ces processus complexes dans leur évolution, difficile dans leur explication et leur vraie motivation, la clé de l'objectivation des motivations du cheminement et des corrélations qui doivent être le fruit non seulement de recherches assidues, mais de leur révélation souvent cachée pour « raison d'état » qui interdit alors toutes actions que l'on cache par intérêt financier et politique. Ces aveux indispensables à là compréhension de cette vérité sont la clé de toute compréhension pour éclairer et faire comprendre les « causes », les origines cachés et les raisons évidentes mais gênantes de telles actions qui ont tendance à devenir collectives. C'est par l'interrogatoire et « l'aveu » des témoin est des proches du criminel par des enquêtes menées par des spécialistes que la vérité doit alors éclater sans tabous ni contrainte ni pression politique.

 

Devant la gravité de ce phénomène social mettant en jeu la vie même de notre société, nous avons le devoir et l'obligation de devenir dans chacune de nos zones d'influence ; de véritables enquêteurs ; des « guetteurs de vérité » et c'est ce courage de « l'aveu » obtenu et divulgué de tous ceux plus particulièrement touchés par ce problème, qu'une vérité collective doit émerger pour envoyer une véritable cure du problème.

 

La dernière valeur à laquelle on aboutit ce processus et bien l'Intelligence et même la Sagesse, elle aussi ne se rencontre pas au coin des rues, mais sont le fruit de l'aveu du vrai par ceux qui n'en détiennent même qu'une part. La confrontation des aveux de différentes sources ou leurs corrélations sont les seules à nous forger l'indispensable réponse rationnelle pour éviter les réponses vraiment émotives et irrationnelles du type « œil pour œil et dent pour dent » dans des crises des modernes et meurtrières, de guerres sans fins !! Qui conduise au chaos des civilisations anciennes et émergentes.

 

Il est clair qu'aujourd'hui les « imams » qui se taisent ainsi que le clergé curieusement absent de ce débat de fond ainsi que les enquêteurs policiers qui se taisent par raison d'État, les pressions des différents lobbys associatifs qui ont peut-être intérêts (financiers) à ce que ne soient pas dévoilées les véritables causes ainsi que ceux d'une laïcité militante aveugle et de média qui se contente de l'émotionnelle, du factuelle sans analyse profonde qui pourrait utilement déranger nos convictions républicaines les plus basiques. Il serait sans doute d'un grand intérêt à cette occasion de remettre en cause et de rediscuter justement nos « valeurs républicaines » dont beaucoup de politiques se gaussent sans même seulement vouloir les nommer.

 

Comme nous venons de le faire, il serait peut-être bon de se poser les mêmes questions sur « l'égalité », « la fraternité » et « la liberté » de faire n'importe quoi en particulier aux frais du contribuable de base. C'est vraisemblablement autour de cette question de fond que devrait s'organiser le débat si les bonnes volontés se manifestent et si les administrations dont c'est le rôle contractuel, national d'administrer avec la prise en charge de ces problèmes.

 

Dans l'attente d'un prochain attentat, dont rien ne semble ne mettre en cause la programmation. À vos armes de Foi, d'Amour, de Vérité et de Sagesse de citoyens de toutes origines de notre belle France.

 

Le Monde entier, est en fait, à l'écoute d'une parole véritablement neuve de la France comme elle a su le faire dans le passé.


Docteur Jean GILLARD

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau