05 août 2016

 

Réflexion et débat ouvert, aujourd'hui sur

la distorsion égalitaire

 

 

Suite aux attentats du 14 juillet. 

Lorsque l'on parle sans bien la nommer, de valeurs d'égalités républicaines, pour moi, je pense aux défilés en tout genre de ces troupes bien alignées et obéissantes, qu'elles soient républicaines, totalitaires, démocratiques ou dictatoriales et même révolutionnaires qui sont l'affichage, en grandeur nature, de l'égalité absolue d'un numéro de matricule qui fait dépendre corps et âmes des êtres humains, de la puissance dominatrice des chefs politiques ou militaires, réduis sont à des identités identiques ayant pour seul pourvoir, avec même uniformes, armes et munitions, d'éliminer tout ce qui ne lui est pas identique. Pouvoir de vie et de mort pour tous ceux qui se livrent au pouvoir aveugle, conquérant et arbitraire de tous les chefs qui ont décidé d'en faire des serviteurs asservis de leurs ambitions.

 

Les jeunes des banlieues et des ghettos sont proliférants sans perspectives avec des familles qui se décomposent voués à l'usage d'une permissivité à tout et à n'importe quoi aux frais d'une collectivité qui les marginalise.

 

Les jeunes qui ont sorti kalachnikov, hache, couteau et camion bélier ne se sentaient certainement pas les « égaux » de ceux qui profitent des stades, hypermarchés, fêtes populaires et autres, Bataclan interdit à leur misère, ils sont voués à leurs petits trafics en tout genre avec la drogue et leurs délinquances assumées. C'est bien quelques choses de ce type de refus de ne pouvoir jouir des plaisirs en tout genre d'une société qui les marginalise, qui participe à l'origine de ses actions meurtrières, face au silence assourdissant de la classe politique qui n'apporte aucune solution à leur détresse quotidienne. Il est trop facile de stigmatiser ces réactions violentes sans vouloir faire les efforts de recherche, de leurs causes, de leur corrélation et des racines profondes et anciennes de cet état d'inégalité provocatrice véritable distorsion égalitaires contagieuse.

 

Alors, c'est vrai que « certains imams » qui dénoncent la mise en cause par l'état laïc des principes religieux de la vie, de la famille, du couple et de l'enfant du contexte musulman ne font que renforcer les colères intimes de beaucoup de jeune Maghrébin qui aujourd'hui leur ouvre la route du djihad et Syrie.

 

En espérant avoir retenu votre attention et suscité vos questions pour la mise en perspective d'un programme unique et spécifique de réconciliation religieuse et social pour notre France qui veut réussir et se réveiller. « Réveillons la France »

 

Docteur Jean GILLARD

 

----------

 

GERANCE DE LA DIFFERENCE

 

Dans l’unité des différences,

Effrénées intégrales ou subtiles,

D’un jour où de toujours,

De préférence ou d’aversion,

De sagesse ou de passion,

De vérité ou de mensonge,

De pardon ou de condamnation,

Où es-tu en ce jour et cette vie ?

 

Passagère ou définitive,

Tu nous blesses ou nous réconcilies,

Dans la longue attente ou l’instantanéité,

Veillez, veillez encore

 

Pour la capter et bien l’apprivoiser,

Alors, vous serez comblé des Fleurs absolues,

Du ciel et de la terre,

De l’air et du soleil,

Du désert, du pré vert,

Du roc et de la plaine,

Poussez, poussez sans fin la roue

 

De ses multiples, qui trace le chemin,

Du vert et de la pluie,

Du soleil et de l’ombre,

Du ciel, de l’orage,

De la route, du chemin,

Attendez, attendez, elle arrive

Brutale ou insidieuse,

Charnelle ou en parole,

En gestes, regards, sourires

Différents à l’indifférence,

Captez, buvez, savourez

 

Elle est là, différence qui vous capte et vous comble,

Vous surprend, vous séduit,

De l’enfant en son monde

À l’ancien dans sa bulle

Vous ignorez la porte

En recherche de clés

 

À votre incompétence

En votre sein, vous trouverez

Les différences ultimes

Des saints en attente

Du jour définitif de votre délivrance

En ses infimes compétences

 

Docteur Jean GILLARD

Ajouter un commentaire