Liminaire

par maurice-gillard @ mardi, janv.. 09, 2007 

 

Avec les dernières conférences et le film de l’ex vice-président des États-Unis « AL GORE », les photos remarquables « d’ARTHUS- BERTRAND », « LE PACTE ÉCOLOGIQUE » de NICOLAS HULOT, les derniers rapports des différentes commissions, Agences et Experts internationaux sur la santé et de l’environnement, « L’APPEL DE PARIS » , les conclusions du « RAPPORT REACH » etc. etc. tout confirme aujourd’hui l’extrême urgence, de LA PRIORITÉ DES PRIORITÉS à donner à l’exigence de la survie de notre planète avec chacun des éléments qui la composent ; AIR, EAU ,TERRE ,SOLEIL, BIODIVERSITÉ indispensables à notre santé et à la survie de chacun de nous.
En ce liminaire, sans vouloir souligner le trait qui ferait de nous des utopistes du désespoir nous devons quand même préciser les difficultés de l’entreprise qui ne peut se mettre en œuvre et réussir qu’à la condition expresse et incontournable d’une étroite collaboration des différents acteurs avec toute la richesse de leurs expériences.
A la « UNE » de cette indispensable collégialité, je mets la santé et la biodiversité, que mon expérience de Médecin et d’Agrobiologiste sur le terrain du Malade et de la Terre m’a permis de concrétiser et d’expérimenter depuis des années, de manière qui se révèle aujourd’hui incontournable dans ses conclusions :
L’eau dont se sert et que pollue l’agriculteur à travers les nappes phréatiques et les sources aboutie dans nos verres, notre estomac, notre foie et nos reins, avec des pesticides, ses herbicides, ses hormones, ses engrais chimiques. Découvrir comme on le fait, enfin aujourd’hui, une partie des effets pathogènes sur notre santé et surtout celle des plus fragiles, est un pas en avant décisif.
Mais se contenter du constat, sans prendre les mesures médicales efficaces et indispensables de sauvegarde et de prévention de notre santé , serait d’autant plus grave que nous connaissons maintenant les dangers d’un ensemble de ces polluants agricoles aboutissant dans nos assiettes et nos verres ;
on ne peut plus dire « qu’on ne savait pas ».

50 % de la population masculine par exemple est atteinte de problèmes graves de stérilité partielle ou totale conséquences de l’absorption de certain produits clairement identifiés : qu’attend-t-on pour agir ?
Environ100 000 produits chimiques largement employés dans notre vie quotidienne, sont reconnus comme potentiellement dangereux pour notre santé et surtout pour celle des enfants, des malades et des vieillards, alors pourquoi n’en tester que 30 000, comme le decide la dernière directive Européenne ?
Notre vie et notre santé, celle de nos proches et de la population tout entière ne compte-elle pas plus ou autant que les problèmes de chômage, de logement, d’impôt, d’éducation etc…. ?
Ne doit-on pas mettre en tête des thèmes prioritaires et des propositions concrètes à soutenir par le prochain président, l’identification, l’interdiction ou le remplacement de ces nombreux produits chimiques ?
Si ce choix était fait il permettrait une véritable mutation industrielle étant donné le grand nombre de produit incriminé dans tous les secteurs et apporterait un début de solution aux autres problèmes du chômage, du logement, du déficit budgétaire et du trou de la sécurité sociale. C’est ce que nous choisissons de vous démontrer dans ce livre et c’est le choix que nous faisons pour qu’enfin REVIVE LA FRANCE ET LES FRANÇAIS avec un nouvel espoir, de nouveaux projets, une écologie respectée, une économie renouvelée.
La gauche à su faire les lois, sur le tabac et les accidents de la route, la droite a su les appliquer. C’est un bel exemple de la France équilibré qui bouge. Il faut aller plus loin et plus vite pour des sujets bien plus importants touchant l’ensemble de la population ; les maladies professionnelles et surtout la maladie cancéreuse dont l’ensemble des experts estiment aujourd’hui que plus de la moitié des cas sont du à des polluants. Par l’exemple qui suit nous comprendrons bien quel sera le sens, le ressort de notre méthodologie pour établir un programme d’action concret et réaliste pour les Présidentielles.
Dans l’actualité des pesticides, la récente médiatisation des combats des époux Marchal des agriculteurs dans les Vosges qui après de longues années de lutte juridique ont fait admettre la mise en cause d’un pesticide dans la leucémie de cet agriculteur, montre bien, pour que la vérité triomphe la nécessité et la complémentarité des différents acteurs ; les médias, les victimes, les juges, les médecins et les politiques.
Dans cet exemple de la pollution agricole, si les candidats aux présidentielles devaient s’emparer du problème, ils ne chercheraient qu’à trouver un bouc émissaire pour s’attirer une clientèle électorale, l’agriculteur pollueur ou le médecin incompétent.
Pour nous contribuables qui payons toujours la facture il s’agira de faire la part des responsabilités de chacun dans la mesure où dans les faits nous sommes tous responsables ; le consommateur inconscient de l’importance de sa santé et du rôle de l’alimentation pour son maintien, les médecins ensuite qui n’ont aucun intérêt financier direct à détecter les causes de telle ou telle pathologie dues à la pollution, le juge qui classe les affaires par fatigue , incompétence ou pression administrative, l’agriculteur qui est à la fois victime et acteur de ce drame et enfin le politique, Christian Poncelet président du Sénat qui en cette affaire se couvre ou se défausse par une lettre à la présidente Marion Guillou de l’institut national de recherche agronomique précisant que tout cela relève du « secret industriel ».
Alors c’est vrai comme je l’ai précisé au début de ce liminaire la tâche est particulièrement complexe pour qualifier l’action de tous ces responsables en découverte de la vérité et de la sauvegarde de la vie de chacun de nos concitoyens.
Nous voyons bien par cet exemple que c’est par un devoir de vérité accompli par des années de lutte juridique que nous pouvons seulement aboutir à sauvegarder nos vies et la santé des populations dont nous sommes tous responsables

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau