Créer un site internet

Actualités

UN MEDICAMENT CONTRE LE CORONAVIRUS

Bonjour,

 

Je viens de lancer la pétition "UN MEDICAMENT CONTRE LE CORONAVIRUS" et je voulais savoir si vous pouviez m'aider en la signant.

 

Mon objectif est d'atteindre 100 signatures et j'ai besoin de plus de soutien. Vous pouvez en savoir plus et signer la pétition ici :

 

http://chng.it/bdZmRb2b

 

Merci !

maurice GILLARD

HOMEOPATHIE

    La nature se soigne et nous soigne.

  Biochimiste jongleu

L’Homéopathie- Santé-Contre le profit- Maladie-

 

 

 

 

                    CHAPITRE IX

                   L’homéopathie

 

 

 

 

 

 L’heure est venue de faire, dans le cadre de la problématique écologique, le bilan de la part de nocivité, tant du point de vue médical, humain, économique et social, que de l’existence harmonieuse et viable de l’homme dans son milieu (l’écologie), de l’emploi systématique et généralisé, en médecine officielle allopathique, des médicaments de synthèse chimique non issus de la nature.

Son fondement doit tout d’abord être mis en cause.

La majorité des médicaments actuellement employés en médecine courante sont des produits de synthèse chimique et bientôt biogénique, donc non élaborés par le processus naturel : ils sont le fruit des recherches intellectuelles en laboratoire de biochimistes qui ne connaissent, trop souvent, rien ou presque de la médecine praticienne. Ils sont plus habiles à jongler avec les formules chimiques et l’expérimentation animale qu’à prévoir de façon certaine tous les effets directs et surtout

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                           197

Guerres des savants – Perturbateurs de la CREATION face aux homéopathes qui réintègrent le malade dans son milieu naturel.

 

 

 

 

secondaires, à moyen et long termes, nocifs et même dangereux de leurs produits sur la santé, le comportement général de l’homme et l’environnement : hormones, antibiotiques, anti-inflammatoires, etc.

Ces produits de synthèse issus des laboratoires, introduits brutalement, inexistants dans la nature, agissent vraiment comme des corps étrangers non identifiés de tous les micro-organismes et des systèmes de défense naturels, immunitaires et géniques, sur lesquels ils agissent. Ils s’apparentent, par plus d’un caractère aux pesticides et aux herbicides, dont l’emploi souvent dangereux en agriculture (en plus des antibiotiques et des hormones) est dénoncé en permanence par d’autres savants ; voir par exemple la pollution de l’alimentation, de l’eau des nappes phréatiques, dans le rapport de la "Commission santé" présidée par le professeur Belpomme.

L’idée d’une bonne santé par l’équilibre harmonieux des êtres vivants entre eux ; micro-organismes, plantes, animaux, homme et avec les éléments de la création ; air, eau, terre, lumière, apparaît comme la découverte au XXe siècle d’une vérité fondamentale déjà soupçonnée par nos anciens, et traitée aujourd’hui sous le nom d’écologie par des écologues informés et perspicaces.

C’est aussi la question plus générale du respect de tous les éléments constitutifs de la création, de la lutte contre la pollution, de la survie de l’homme et de la planète par une bonne intégration des humains dans le milieu naturel et l’univers ; c’est un des principes fondateurs de l’homéopathie.

Ce qui fait le danger des produits de synthèse artificielle agricoles ou médicaux, c’est justement leur trop grande efficacité sur un ensemble de germes ou de microbes qu’ils éliminent sans sélectivité suffisante. Aujourd’hui, trente ou quarante ans

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                         198

Germes ou microbes indispensables, dans le milieu naturel, éliminé par une chimie de synthèse anormale.

 

 

 

 après leur mise sur le marché, on découvre que bien des germes ou micro-organismes éliminés sont utiles sinon indispensables à cet équilibre vital et biologique général. Ce n’est la plupart du temps que la prolifération anormale d’un microbe ou d’un germe, induit par un déséquilibre du « terrain », qui provoque la maladie. C’est le problème des « porteurs sains », des immunités induites ou croisées une des cause probable possible de la pandémie virale de 2020.

Autrement dit, modifier aveuglément un ensemble d’équilibres internes par des produits chimiques trop actifs se révèle "dangereux", car ceux-ci contiennent toujours, dans la nature ou chez l’homme, par des lois compliquées d’homéostasie, d’autres risques de déséquilibre quelquefois plus dangereux. Certaines bactéries ou bacilles par exemple participent par leur existence propre à la survie d’autres micro-organismes indispensables à la VIE. Par ailleurs, trop souvent, les thérapies chimiques sont « aveugles » et détruisent sans discrimination microbes pathogènes et germes "utiles", comme la flore intestinale sera détruite par les antibiotiques et nécessitera l’adjonction indispensable de ferments de réensemencement, souvent eux-mêmes perturbateurs de notre équilibre digestif.

Cette stratégie souvent aberrante conduit, en supprimant un microbe, à favoriser la prolifération d’un autre germe plus dangereux qui nécessite à son tour une élimination par un autre produit toxique pour le foie ou les reins, par exemple. On est ainsi irrémédiablement entraîné dans une suite de traitements en chaîne dont, en toute "logique ironique", on ne distingue d’issue que dans l’anéantissement de toute vie sur terre, par les interventions brutales sur le vivant de produits non suffisamment expérimentés dans le temps en laboratoire. Il y a actuellement une trentaine de pesticides hautement dangereux mis sur le marché

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                      199

 

La flore mondiale des médicaments, chimiques et synthétiques et hautement pathogènes.

 

 

 agricole mondial, dont ceux illégaux destinés au tiers-monde, qui nous reviennent « sous forme d’importation de produits agricoles délocalisés » avec la mondialisation. En médecine, on passe aujourd’hui presque autant de temps à soigner les troubles provoqués par les médicaments et les produits chimiques qu’à guérir le maladie initiale : cortisone, antibiotiques, somnifères, hormones, antalgiques, anxiolytiques, qui atteignent et perturbent le foie, les reins, les intestins et le système de défense immunitaire ; se référer aux listes impressionnantes des contre-indications, effets indésirables, mises en garde et autres interactions médicamenteuses qui affublent la plupart des médicaments de synthèse contenus dans le "très officiel" et incontournable dictionnaire Vidal des produits pharmaceutiques à usage courant par les médecins prescripteurs.

Il faudrait au moins rendre les thérapies chimiques plus sélectives et surtout à puissance maîtrisée. Avec vingt ans de retard, une campagne officielle a été lancée contre l’antibiothérapie systématique pour 80 % de maladies qui sont somme toute très banales. Les médecins pris par : Système=Maladie=Business et la pression des patients sont restés curieusement indifférents… Qui paye les dégâts qui creusent le « trou de la Sécurité sociale » ? Et on cherche des milliards !

Dans son esprit même, la recherche sur les médicaments de synthèse est donc dévoyée, car ils détruisent des germes nécessaires à l’aveugle, au lieu de renforcer les "défenses naturelles" du patient qui lui permettent de se débarrasser des agents pathogènes et de retrouver naturellement la santé : lutter contre le mal ; oui mais surtout utiliser nos défenses naturelles.

En agriculture, depuis trente ans (on l’affiche clairement), c’est le profit immédiat et la production intensive qui commandent la recherche. C’est une vue à court terme, sans esprit de précaution et de prévention à moyen et long termes pour notre santé. Conséquences : on assiste à une baisse de la fertilité et des rendements avec une

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                         200

 

                                                       

                               L'argent au centre du système maladie.

 

 

 

 augmentation de la pollution des terres et à la ruine des paysans (du tiers monde), la pollution de la nature et de l’eau devient un enjeu majeur, avec la destruction de la faune : insectes, oiseaux utiles, et la disparition de la biodiversité. Il y a surtout cette grave atteinte à la santé publique par contamination de tous les aliments dans l’ensemble de la chaîne alimentaire et de l’eau du robinet par les herbicides, autres pesticides, conservateurs et œstrogènes de synthèse. Il faut compter surtout avec le phénomène de reconcentration des polluants dans la chaîne alimentaire. Selon de récentes enquêtes et publications scientifiques, la baisse contrôlée de la fertilité humaine serait due à l’emploi des hormones dans les élevages industriels et à certains pesticides à effet hormonal. L’équipe du professeur Sultan à Montpellier a publié des cas troublants de malformations graves chez les nourrissons dues à ces polluants alimentaires et aux effluents atomiques des centrales ; iode, césium, Platinum.

Pour la médecine soumise au marché du médicament, c’est la logique du profit immédiat, retour sur investissement oblige, qui prime sur les effets secondaires indésirables ou dangereux. Les trusts pharmaceutiques soutiennent financièrement par le lobbying politique et une puissante publicité cette façon de concevoir l’économie médicale à court terme ; on veut guérir les symptômes plus vite, pour mieux vendre que son concurrent, sans aller au fond des choses. Les laboratoires pharmaceutiques font des « études de marché » pour savoir comment demain on orientera le goût et les habitudes du public pour réclamer des calmants pour les nombreux troubles digestifs, pour annihiler angoisses, migraines, insomnies et autres phobies dues aux dysfonctionnements sociétales, et pour savoir, en fait, ce qui se vendra le mieux ! On va même plus loin dans l’absurde, puisque récemment on a mis au grand jour un taux anormal délibéré de sel dans certains produits de grande consommation fabriqués

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                     201

 

 

 

 

                           Masquer la réalité, sous le masque chimique.

 

 

 par la filiale alimentaire d’un grand industriel international, ce qui provoque une augmentation de l’hypertension artérielle, alors que cette même holding la traitera par la vente d’un médicament hypertenseur, produit par une autre de ses filiales l'argent roi qui tue.

Le médecin allopathe de quartier ou de campagne, surchargé de travail et formé à l’université dans cet esprit du médicament-roi qui guérit tout, et tout de suite, se soucie peu d’essayer de comprendre et de rechercher les causes de ces symptômes pathologiques qui sont bien souvent les sonnettes d’alarme révélatrices de maladies plus profondes ou de dysfonctionnements plus graves et plus anciens, ou tout simplement d’un empoisonnement lent irréversible par les polluants chimiques plus ou moins toxiques que l’on trouve dans l’alimentation, les peintures, les produits d’hygiène et de droguerie courants, et aussi toutes les pollutions environnementales généralisées de l’air et de l’eau.

Cette politique aveugle de facilité se paye toujours très cher pour le malade et la Sécurité sociale, le « gouffre financier français » se creuse. Une douleur gastrique apaisée par un calmant est souvent le signe avant-coureur d’un ulcère gastrique qui continuera sa progression sous le couvert du calmant. Une simple migraine peut être le début de troubles hépatovésiculaires ou d’une tumeur cérébrale ; masquée par un tranquillisant, elle en sera d’autant plus dangereuse dans son évolution. Le patient soulagé, mais non guéri, s’habituera facilement à reprendre indéfiniment « ses » calmants. Il deviendra un bon consommateur de produits pharmaceutiques trompeurs pour le plus grand profit des fabricants. L’efficacité illusoire et la toxicité du produit pharmaceutique contribueront ensemble à l’aggravation de la maladie, en masquant les symptômes et en y ajoutant l’intoxication chimique. Combien de simples insomnies ou constipations, aggravées par l’emploi

 

 

 

 

 

 

 

                                                               202

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ininterrompu de tels somnifères ou laxatifs, deviendront à terme de véritables maladies avec atteinte de la fonction hépatique, et surtout, une vraie toxicomanie : avec l’impossibilité manifeste de se passer d’un toxique et surconsommation du produit, qui profite au fabricant. Tout le monde a bien en tête le nom de ce fameux antidépresseur dont les Français sont les champions, toutes catégories, de la consommation mondiale.

De même, combien de cancers, non diagnostiqués au début, évoluent sous le couvert de calmants ? Guérissables s’ils avaient été diagnostiqués par un bon clinicien dès leur formation, ils deviennent incurables quand on y ajoute quantité de produits chimiques, hormones, iatrogènes et calmants qui les masquent.

Un médecin peut-il encore affirmer que les multiples pollutions des éléments naturels, les médicaments chimiques, l’arsenal meurtrier des herbicides, pesticides et autres conservateurs dans l’agroalimentaire, les pollutions nucléaires et enfin la multiplication des champs électromagnétiques des téléphones mobiles, ne sont pour rien dans l’accroissement de graves maladies comme l’Alzheimer, la polyarthrite chronique évolutive, les maladies auto-immunes, les cancers, les leucémies et les maladies neuro-dégénératives, en y ajoutant encore les troubles allergiques (eczémas, asthme), les malformations fœtales, etc. ?

Si le médecin allopathe se laisse trop facilement aller à cette surconsommation médicamenteuse dangereuse pour la santé, les grands argentiers de l’industrie chimique, eux, la favorisent par une publicité de plus en plus sophistiquée et perverse. C’est une conception de la médecine marchandisée, visant à augmenter les ventes de tranquillisants, d’antibiotiques, d’hormones, de vaccins et de somnifères de tout acabit dont la population est friande mais saturée et que nous ne pouvons que condamner.

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                               203

Lettre ouverte à la France 2012

Merci Nicolas !

 

Je te l’avais bien dit, Nicolas, qu’elle serait âpre, dure et rechignante, la France des renoncements nécessaires. Tu as taxé son tabac, limité sa vitesse, dosé ses dépenses ; aie, aie, aie… Mais qui a eu ces idées nécessaires : Bérégovoy, Evin, Rocard et les autres de gauche mais sans jamais oser, pour ménager la bête qui est en nous, enfermée, bloquée dans ses excès tabagiques et de vitesse meurtrière.

Ô combien est méritoire ton acte de vie pour ses longues agonies pulmonaires par tuyaux laryngés béants soufflant la mort… et ses mortelles constructions et autres menus ennuis : cardiaques, digestifs, cérébraux…sans compter l’enfumage généralisé de nos familles, nos voisins, et des espaces publics…

Qui a osé affronter pour le maîtriser le monstre du puissant lobby tabagique ? Toi, petit Nicolas, grand par ta détermination à défendre la vie et la vérité de ta famille. Chaque année, des milliers de morts et de victimes estropiées en moins. Chaque jour, dans chacune de nos familles, des maladies ou troubles pathologiques graves, évités par la baisse des pollutions tabagiques et des polluants excès de vitesse.

 

Merci Nicolas pour cette sage et nécessaire économie de souffrances et de budget !

 

Quant à l’autre vecteur bien ancré de nos arrogances dominatrices, le monstre de l’auto à la vitesse qui tue, par l’aveuglement de violences, pulsions qui s’excluent des bonnes conduites : oui, là aussi, des dizaines de milliers de membres fracassés, de chairs broyées, de grands paralysés à vie nourris à la petite cuillère, …en moins.

 

Mais rien n’est parfait ici-bas .Merci là encore, Nicolas pour ces milliers d’insensés à qui tu as évité le pire !

Mais il faut persévérer sur ces insatiables cylindrées incorrigibles dans leur arrogance.

Nous t’attendons pour la suite du chemin urgent à parcourir :

- Ne nous laisse pas seuls sur la bonne voie du Grenelle des énergies nouvelles maintes fois promises et des économies nécessaires pour la planète et notre bourse écologique. Toujours trompeusement annoncées mais osées et décidées par toi avec en prime les sarcasmes de ceux qui n’ont rien fait, si ce n’est un déchaînement contre la VIE qu’ils prétendent défendre avec la perverse euthanasie libérée, la libération des drogues pathogènes, les mariages truqués et les saines naissances avortées, fondement des règles de vie et de survie, trafiqués  et pervertis.

Alerte à ceux qui de cœur et de gauche chrétienne se laissent berner et pourtant disciples de “Je suis la Vie “  refuseront le permis de tuer et d’être solidaires de toutes les hypocrisies et les perversions, les meurtres légalisés, inlassablement et insidieusement médiatisés.

Alors oui, vraiment, le débat devient de plus en plus clair et évident. Face aux valeurs des civilisations chrétiennes, bouddhistes et islamistes, le déferlement en France d’un athéisme matérialiste rouge au pouvoir en Syrie, Russie, Chine, Corée, doit être impérativement endigué ici et maintenant.

Liminaire

par maurice-gillard @ mardi, janv.. 09, 2007 

 

Avec les dernières conférences et le film de l’ex vice-président des États-Unis « AL GORE », les photos remarquables « d’ARTHUS- BERTRAND », « LE PACTE ÉCOLOGIQUE » de NICOLAS HULOT, les derniers rapports des différentes commissions, Agences et Experts internationaux sur la santé et de l’environnement, « L’APPEL DE PARIS » , les conclusions du « RAPPORT REACH » etc. etc. tout confirme aujourd’hui l’extrême urgence, de LA PRIORITÉ DES PRIORITÉS à donner à l’exigence de la survie de notre planète avec chacun des éléments qui la composent ; AIR, EAU ,TERRE ,SOLEIL, BIODIVERSITÉ indispensables à notre santé et à la survie de chacun de nous.
En ce liminaire, sans vouloir souligner le trait qui ferait de nous des utopistes du désespoir nous devons quand même préciser les difficultés de l’entreprise qui ne peut se mettre en œuvre et réussir qu’à la condition expresse et incontournable d’une étroite collaboration des différents acteurs avec toute la richesse de leurs expériences.
A la « UNE » de cette indispensable collégialité, je mets la santé et la biodiversité, que mon expérience de Médecin et d’Agrobiologiste sur le terrain du Malade et de la Terre m’a permis de concrétiser et d’expérimenter depuis des années, de manière qui se révèle aujourd’hui incontournable dans ses conclusions :
L’eau dont se sert et que pollue l’agriculteur à travers les nappes phréatiques et les sources aboutie dans nos verres, notre estomac, notre foie et nos reins, avec des pesticides, ses herbicides, ses hormones, ses engrais chimiques. Découvrir comme on le fait, enfin aujourd’hui, une partie des effets pathogènes sur notre santé et surtout celle des plus fragiles, est un pas en avant décisif.
Mais se contenter du constat, sans prendre les mesures médicales efficaces et indispensables de sauvegarde et de prévention de notre santé , serait d’autant plus grave que nous connaissons maintenant les dangers d’un ensemble de ces polluants agricoles aboutissant dans nos assiettes et nos verres ;
on ne peut plus dire « qu’on ne savait pas ».

50 % de la population masculine par exemple est atteinte de problèmes graves de stérilité partielle ou totale conséquences de l’absorption de certain produits clairement identifiés : qu’attend-t-on pour agir ?
Environ100 000 produits chimiques largement employés dans notre vie quotidienne, sont reconnus comme potentiellement dangereux pour notre santé et surtout pour celle des enfants, des malades et des vieillards, alors pourquoi n’en tester que 30 000, comme le decide la dernière directive Européenne ?
Notre vie et notre santé, celle de nos proches et de la population tout entière ne compte-elle pas plus ou autant que les problèmes de chômage, de logement, d’impôt, d’éducation etc…. ?
Ne doit-on pas mettre en tête des thèmes prioritaires et des propositions concrètes à soutenir par le prochain président, l’identification, l’interdiction ou le remplacement de ces nombreux produits chimiques ?
Si ce choix était fait il permettrait une véritable mutation industrielle étant donné le grand nombre de produit incriminé dans tous les secteurs et apporterait un début de solution aux autres problèmes du chômage, du logement, du déficit budgétaire et du trou de la sécurité sociale. C’est ce que nous choisissons de vous démontrer dans ce livre et c’est le choix que nous faisons pour qu’enfin REVIVE LA FRANCE ET LES FRANÇAIS avec un nouvel espoir, de nouveaux projets, une écologie respectée, une économie renouvelée.
La gauche à su faire les lois, sur le tabac et les accidents de la route, la droite a su les appliquer. C’est un bel exemple de la France équilibré qui bouge. Il faut aller plus loin et plus vite pour des sujets bien plus importants touchant l’ensemble de la population ; les maladies professionnelles et surtout la maladie cancéreuse dont l’ensemble des experts estiment aujourd’hui que plus de la moitié des cas sont du à des polluants. Par l’exemple qui suit nous comprendrons bien quel sera le sens, le ressort de notre méthodologie pour établir un programme d’action concret et réaliste pour les Présidentielles.
Dans l’actualité des pesticides, la récente médiatisation des combats des époux Marchal des agriculteurs dans les Vosges qui après de longues années de lutte juridique ont fait admettre la mise en cause d’un pesticide dans la leucémie de cet agriculteur, montre bien, pour que la vérité triomphe la nécessité et la complémentarité des différents acteurs ; les médias, les victimes, les juges, les médecins et les politiques.
Dans cet exemple de la pollution agricole, si les candidats aux présidentielles devaient s’emparer du problème, ils ne chercheraient qu’à trouver un bouc émissaire pour s’attirer une clientèle électorale, l’agriculteur pollueur ou le médecin incompétent.
Pour nous contribuables qui payons toujours la facture il s’agira de faire la part des responsabilités de chacun dans la mesure où dans les faits nous sommes tous responsables ; le consommateur inconscient de l’importance de sa santé et du rôle de l’alimentation pour son maintien, les médecins ensuite qui n’ont aucun intérêt financier direct à détecter les causes de telle ou telle pathologie dues à la pollution, le juge qui classe les affaires par fatigue , incompétence ou pression administrative, l’agriculteur qui est à la fois victime et acteur de ce drame et enfin le politique, Christian Poncelet président du Sénat qui en cette affaire se couvre ou se défausse par une lettre à la présidente Marion Guillou de l’institut national de recherche agronomique précisant que tout cela relève du « secret industriel ».
Alors c’est vrai comme je l’ai précisé au début de ce liminaire la tâche est particulièrement complexe pour qualifier l’action de tous ces responsables en découverte de la vérité et de la sauvegarde de la vie de chacun de nos concitoyens.
Nous voyons bien par cet exemple que c’est par un devoir de vérité accompli par des années de lutte juridique que nous pouvons seulement aboutir à sauvegarder nos vies et la santé des populations dont nous sommes tous responsables

DÉCRETS D’APPLICATION DU PACTE ECOLOGIQUE

par maurice-gillard @ mardi, janv.. 09, 2007

 

POUR QU’ELLE VIVE
LA FRANCE DE DEMAIN
DÉCRETS D’APPLICATION RÉALISTE
DE TOUTES LES BONNES INTENTIONS VERBALES

L’exceptionnel instinct de survie, d’un peuple et d’une nation fière de son passé, de ses patrimoine intellectuel, artistique, scientifique, agricole ,religieux et culinaire qui font de ce modeste territoire la quatrième puissance mondiale, s’est magnifiquement exprimé par une série de « NONS »retentissants, du fond de nos plus petites communes à la France, puis à l’Europe et au monde.

-NON à un traité constitutionnel scellant l’acte de décès de nos patrimoines, chèrement entretenus par les générations passées, pour les générations futures, de notre identité culturelle républicaine et chrétienne, de notre exception sociale et artistique, de l’essence même de nos terroirs qui ont savoureusement alimentés notre peuple et notre nation de la richesse de ses pâturages montagnard et de ses labourages en plaines fertiles ; tout cela bradé au profit d’une culture de l’exotisme dont on nous promet de devenir dépendants.
-NON à l’importation de tout et de n’importe quoi.
-NON à une immigration, inhumaine, barbare, inutile et ruineuse.
Ce NON tonitruant et victorieux d’un Oui, puissamment médiatisé de la « PENSÉE UNIQUE », pour apeurer les esprits faibles, a été mis en scène par les puissants amis du couple « SEGO-SARCO »qui essaye par la droite ou par la gauche de nous resservir le même plat pour les présidentielles. Ne nous y trompons pas, en effet ce couple médiatisé de la PENSÉE UNIQUE BRUXELLOISE est celui d’un OUI aux déchiquetages, au saignement à blanc, à la braderie des restes de notre FRANCE. On parle même de marchandiser, nos sites, nos monuments, nos musés, et leur contenu.

Après celui de la CONSTITUTION EUROPÉENNE, le NON DES BANLIEUES a été, et reste le plus explosif, le plus révolutionnaire, au meilleur sens du terme, À LA FRANÇAISE. Car, pour aller au fond des choses, ces grands enfants ou ces jeunes adultes révoltés sont bien de chez nous, comme nos Basques, nos Corses, nos Bretons et nos Alsaciens. Nés sur notre sol de parents méritants du devoir de reconnaissance de la nation par le travail accompli, oui ils interpellent leur pays. Ils crient de rage et de douleurs, sur l’incapacité, l’incurie, l’abêtissement politique « de la pensée unique », incapable de leur offrir une espérance d’avenir, un ailleurs, un rôle citoyen et une mission pour un projet essentiel à tous, à la nation et à eux.
Qui leur proposera ce choix, sûrement pas le couple infernal« SEGO-SARCO » qui ne fera que répéter les litanies bien trop connues de promesses jamais tenues ou ces autres qui n’ont trouvé d’autres solutions que de rebâtir à coups de milliards gaspillés les banlieues sur la banlieue .
-autre NON enfin que celui des jeunes étudiants, on se demande bien en quoi ?pour qui ?et comment ?dont la crise du C.P.E n’a été qu’un épisode occasionnel d’exprimer leurs questionnements et leurs angoisses.
Il faut bien l’avouer tout ces NONS ne sont que la suite du premier NON autorisé par un JACQUES CHIRAC, les deux pieds dans la glaise de notre terroir, qui a pressenti L’ÂME DE LA FRANCE d’en bas et bravé le consensus mou, des autres Présidences européennes. Les différentes pseudo ratifications antidémocratiques votées en catimini dans le dos des peuples souverains par une poignée de députés abêtis gavés et aveuglés de PENSÉE UNIQUE BRUXELLOISE ont été soigneusement concoctés par les « communiquants » des lobbyings Bruxellois .Merci Jacques, grâce à toi la France s’est exprimée.
Mais le plus nécessaire et le plus exaltant reste à faire construire un OUI. Bien évidemment il faudra le faire avec tous, les acteurs et les vainqueurs du NON sans exception.
Quelle gageure ! Quel défi impossible ! Quel formidable enjeu à la hauteur de l’urgence humaine et planétaire pour sauver l’homme et la terre malade des conséquences des retombées polluantes de son ignorance, de ses excès, de ses désirs incontrôlés !
Pour sauver l’homme et la nature, il va bien falloir que tous les hommes et femmes de ce pays s’unissent dans un « PROGRAMME MAXIMUM » de sauvegarde de la planète et de la vie. Si les politiques avaient écouté, entendu « les écolos »des années 60, « LE PROGRAMME MINIMUM » aurait été encore possible. Si nous ne réagissons fermement, ici et maintenant, comme le dit notre observateur planétaire Nicolas Hulot dans son « PACTE ÉCOLOGIQUE » demain c’est-à-dire aux prochaines élections électorales, il sera trop tard. Catastrophe dites naturelles et cataclysmes imprévisibles se multiplient déjà. Nous ne pouvons réussir cette mutation des comportements que tous ensemble par une mobilisation des consciences et des capacités autour d’un projet d’avenir enthousiasment sous la conduite d’un conducteur leader que nous désignerons, que nous motiverons, que nous déterminerons en le liant par des engagements écrits, précis et réalistes, c’est la seule voie étroite pour que demain « ELLE VIVE LA FRANCE » de nos villes, de nos banlieues, de nos terroirs et qu’elle soit un exemple pour tous.

Avec le « NON » au référendum sur la constitution Européenne, le « NON » révolutionnaire des banlieues et ceux du C.P.E Car encore une fois dans l’histoire, que cela plaise ou non au cartel des grands opérateurs industriels, économiques, commerciaux et bancaires, LA FRANCE s’est montrée leader international de la pensée politique.
Cela est bon de dire NON lorsqu’on programme la mort lente d’une nation avec tout ce qu’elle représente d’histoire, de particularité et d’innovation, mais faut-il encore après réflexion et concertation , définir et proposer un OUI, construire un avenir à la mesure d enjeux que l’on doit hiérarchiser avant toute décision non réfléchie liée à des intérêts économiques dangereux pour notre survie planétaire et humaine.
L’élection présidentielle de 2007 est l’occasion pour LA FRANCE et chacun des FRANÇAIS, en particulier les plus jeunes, de réfléchir de peser le pour et le contre, de s’informer et de décider, comme pour un référendum, de ce qu’ils, non seulement désirent mais pensent et réfléchissent comme étant l’essentiel pour leur avenir, celui de la France et de leurs enfants un projet donnant un but commun et une action partagée du haut en bas de l’échelle sociale.
Pour moi qui depuis 30 ans comme médecin conscient de sa responsabilité devant la vie de chacun de ses patients et politique avec quatre mandats municipaux et tout ce que cela représente de concertations sur le terrain, d’actions locales, de combats administratifs avec l’ensemble des acteurs, un projet cohérent pour la FRANCE doit être fondé sur la prise de conscience de quelques grandes nouvelles vérités sur la sauvegarde de la vie de la nature et de la santé humaine. Tous ensembles à notre place, avec la mobilisation de toutes nos capacités nouvelles, intellectuelles et financières de la plus petite à la plus grande. Nous pouvons donner au monde l’exemple d’une nation vivante et déterminée à construire son avenir sur le respect des valeurs fondamentales de la vie et de la vérité,
« POUR QUE VIVE LA FRANCE » avec tous les Français aujourd’hui et demain.

Introduction

par maurice-gillard @ mardi, janv.. 09, 2007

 

Madame, Monsieur

30 ans de travail sur le terrain en tant qu’élu municipal de l’écologie indépendante et acteur du monde associatif pour la défense de la santé et de l’environnement ainsi qu’auteur de plusieurs ouvrages préfacés entre autres par Alain Bombard, Martin Gray et Denis de Rougemont.
C’est assez légitimement que j’interviens aujourd’hui dans le débat présidentiel,
pour essayer d’y introduire et d’interroger les différents candidats sur la
PRIORITÉ DES PRIORITÉS que nous espérons voir apparaître
de l’intégrité de la Nature et de notre Santé qui en dépend étroitement.

Le texte ci-joint introduit un livre-débat qui portera sur trois thèmes majeurs et que nous comptons boucler sur notre bloc-notes en quatre semaines :

1er -Relocalisation de toutes nos activités avec L’IMMIGRATION UTILE et l’écologie au cœur du débat économique.

2em -Une « RÉVOLUTION SANTÉ » pour un changement des COMPORTEMENTS des médecins, des malades et des caisses. Mieux se guérir avec beaucoup moins d’argent.
(Un livre « INÉVITABLE RÉVOLUTION SANTÉ » aux Editions F X de Guibert)

3em -Les énergies, les médicaments et les PRATIQUES ALTERNATIVES, clefs des emplois de demain.
(Un livre « DEMAIN L’ÉCOLOGIE » € 10.00 sur notre site)

Nous terminerons ce livre-débat début Février avec une publication hebdomadaire des différents chapitres développant l’argumentaire de notre expérience politique (24 ans dont 7 ans chez les « Verts ») associative de terrain, contentieuse, riche de jurisprudence.

Dans l’espoir qu’un dialogue fructueux et de critiques constructives.
Avec mes sentiments cordiaux les meilleurs pour que nous fassions vivre ensemble
LA FRANCE

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×